VITAMINES

Les oligo-éléments, minéraux et vitamines : notre premier métier !

Les vitamines sont des substances organiques se caractérisant par les propriétés suivantes : elles sont indispensables au bon fonctionnement de l ‘organisme, elles sont actives à faibles doses, elles ont une action spécifique, aucune vitamine n’est plus importante qu’une autre, l’animal est incapable de les synthétiser toutes, elles doivent donc être présentes dans la ration. L’organisme est capable de synthétiser certaines vitamines : vitamine K par la flore intestinale des mammifères, vitamines C par les glandes surrénales chez tous les animaux domestiques, des vitamines du groupe B par la flore ruminale. L’organisme peut également réaliser des synthèses partielles à partir de provitamines. Lorsque la carence est peu importante, les symptômes sont peu visibles et se limitent souvent à une baisse de performances. En outre, du fait de l’action des vitamines dans un grand nombre de processus vitaux les symptômes de carences sont souvent peu spécifiques. Suivant les problèmes rencontrés, les vitamines peuvent se doser dans le sang de mélange (car elles sont la mesure de l’ingéré) ou de façon individuelle. Globalement, elles sont sensibles à l’oxydation. Il faut donc protéger les échantillons immédiatement après prélèvement (mise à l’obscurité et au frais).

La Vitamine A : Elle est indispensable à la synthèse du pourpre rétinien qui intervient dans la vision et elle est nécessaire à la croissance et à la protection des tissus épithéliaux et des muqueuses. Molécule impliquée dans la division et la différenciation cellulaire, la carence en vitamine A affecte principalement les animaux en croissance si l’alimentation ne contient pas de complémentation.

 

Les signes cliniques : Ils comprennent, chez les bovins, la baisse d’appétit et de croissance, des changements dans la démarche et un manque d’aplomb, des convulsions, des diarrhées, de la toux, de la fièvre et une intolérance à la chaleur. Les poils deviennent ternes avec présence de pityriasis. En plus de ces symptômes, des signes oculaires importants apparaissent : amaurose, faible adaptation à l’obscurité, papilloedèmes, dégénérescence de la rétine, modifications de la cornée, conjonctivite et humeur aqueuse, exophtalmie.

Un cas clinique que nous avons décrit : Hypovitaminose A dans un élevage de taurillons à l’engrais. 2004. P. LEBRETON, C. GARNIER, A. MEYUS, F. SCHELCHER, 2004, Bull des GTV – N° spécial – neuropathologie des ruminants.105-107

 

 

 

La Vitamine E : Elle est la vitamine de la reproduction par son rôle anti-oxydant. Elle agit comme protecteur des membranes cellulaires et joue un grand rôle dans la croissance des cellules. Elle possède également des propriétés anti inflammatoires.

En cas de carence avérée on peut noter des troubles neurologiques, cardio-vasculaires et de reproduction.

 

La Vitamine B12 : Contrairement aux autres vitamines B, la Vit. B12 ne peut pas être synthétisée par les végétaux. Elle est produite exclusivement par synthèse bactérienne. Le cobalt fait partie intégrante de la Vit. B12. Contrairement aux autres vitamines hydrosolubles, la Vit. B12 peut être stockée dans les tissus pour une période assez longue. 

 

Les fonctions de la vitamine B12 :

  • Dégrade l’homocystéine = donneur de méthyle pour synthèse de Met
  • Procure du patrimoine génétique à la cellule (anémie, mortinatalité, reproduction)
  • Participe au métabolisme des acides gras (stéatose, veaux qui ne tètent pas, sous production)
  • Action sur la myéline (troubles nerveux)
  • Nécessaire pour convertir le C3 en succinate (appétit et énergie) : le propionate ne peut être utilisé par l ‘animal et s ‘accumule dans le sang où il provoque rapidement une baisse de l ‘ingestion
  • Le cobalt via la B12 est nécessaire à la biotransformation des molécules antiparasitaires (benzimidazoles). L’apport simultané augmente la concentration active avec une réinfestation plus tardive (parasistisme, défaut d’IgG)                      

 

Les signes de carence :

  • Perte d’appétit, arrêt ou ralentissement de croissance
  • Un gros rumen qui ne travaille plus (tympanisme) (grosse panse, météorisation chronique)
  • Poil hirsute, piqué, amaigrissement, « grosse tête »
  • Anémie, la carence induit une accumulation anormale du fer dans le foie qui provoque une baisse notoire du cuivre hépatique, dysfonctions endothéliales (H2O2 par hyper-homocystéinémie), troubles neurologiques (nécrose du cortex)
  • La carence en cobalt est similaire à l’infestation parasitaire !
  • Le foie est vulnérable car peut être parasité, mais aussi souffre de la carence
  • Sous production

La Vitamine D3 : La vitamine D favorise l ‘absorption intestinale du calcium et la fixation par l’os du calcium et du phosphore. Les symptômes de carence sont le rachitisme chez le jeune et la fragilisation des os chez l ‘adulte. L’hypervitaminose D peut provoquer des accidents d ‘hypercalcémie et de minéralisation des tissus mous : cœur, reins, poumons, vaisseaux.

 

 

La Biotine (ou vitamine B8 ou H) : La biotine intervient dans la croissance cellulaire, la production d’acides gras et le métabolisme des graisses et des acides aminés. Ainsi, elle est essentielle dans la formation de la peau, des poils et des enveloppes cornées comme les onglons des ruminants ou les sabots des chevaux. Une production insuffisante de biotine peut apparaître chez les vaches fortes productrices, entraînant l’affaiblissement de la corne des onglons et d’éventuelles lésions. Des études montrent que plus la proportion de concentrés augmente dans la ration des vaches, moins les microorganismes du rumen produisent de biotine (baisse du pH ruminal). Il est donc important de quantifier l’apport de biotine car le rumen est susceptible de ne plus suffire à combler les besoins de l’animal. Lorsque les besoins en biotine ne sont pas couverts, on peut remarquer une moins bonne qualité des onglons et une hausse des problèmes de boiteries, par exemple : la fourbure, occasionnée par la présence de toxines produites au cours de l’acidose ruminale (ration riche en concentrés). La biotine a également un rôle direct sur la production laitière (rôle dans le métabolisme énergétique et protéique).

Vous avez une question ?

Contactez-nous pour en savoir plus !