Minéraux dans les urines chez les Bovins


Les minéraux se dosent préférentiellement dans les urines. En effet, les régulations sont telles que les variations sanguines sont assez faibles et lorsque les concentrations sont modifiées, il est trop tard pour l’animal.

Face à un problème de sous-production en élevage bovin, un des examens complémentaires dont dispose le vétérinaire est l’analyse des macro-éléments urinaires. Lorsque les causes infectieuses et parasitaires ont été écartées et qu’un problème lié à l’alimentation est envisagé, cette analyse est un outil supplémentaire dans le cadre d’un audit d’élevage ou d’un suivi.

  1. La calciurie

L’excrétion urinaire du calcium ne représente qu’une faible partie du calcium excrété par un bovin et ne dépend pas de la calcémie (MESCHY, 2010). Ainsi un pH urinaire bas associé à une calciurie élevée est un signe d’acidose métabolique.

  1. La phosphaturie

Le phosphore est lui aussi majoritairement éliminé dans les fèces, son excrétion urinaire est faible. L’acidose ruminale aiguë fait augmenter le phosphore urinaire (ENEMARK et al., 2004 ; NIKOLOV, 1998) et une insuffisance rénale peut aussi provoquer une hyperphosphaturie (LUNN et McGUIRK, 1990).

  1. La magnésiurie

La relation linéaire existant entre l’absorption digestive du magnésium et son excrétion urinaire en fait un bon indicateur du statut nutritionnel (MESCHY, 2010). La concentration urinaire est plus sensible aux carences en magnésium que la concentration plasmatique, ce qui fait de l’analyse urinaire le test de choix pour diagnostiquer une telle carence. Une acidose métabolique, y compris celle induite par un faible BACA de la ration, peut faire augmenter l’excrétion rénale de magnésium (LUNN et McGUIRK, 1990 ; LEAN et al., 2006).

  1. Excrétion urinaire des électrolytes (K, Na, Cl)

L’urine est un support intéressant pour évaluer les apports des électrolytes étant donné l’efficacité de leur absorption intestinale, leur faible excrétion par voie fécale (MESCHY, 2010) et l’absence de stockage dans le corps (APPER-BOSSARD et al., 2010). Des relations linéaires existent entre les apports en sodium et chlore et leur élimination urinaire (APPER-BOSSARD et al., 2010). Les concentrations urinaires en potassium, sodium et chlore sont ainsi des indicateurs du niveau d’apport alimentaire.   Retrouvez toutes les informations concernant ces dosages dans notre catalogue de prestations.

Vous avez une question ?

Contactez-nous pour en savoir plus !